Le Storytelling,  Soft Skill indispensable

storrytelling

Definition: Etre un bon storyteller

Être un bon Storyteller, c’est être visible, crédible, exister, impacter.

Manager, Entrepreneur, Startuper, Leader, Collaborateur.., difficile « d’exister » aujourd’hui sans être un bon storyteller. 

Vos medias de Storytelling

  • Podcasts
  • Clubhouse
  • Masterclass
  • Réseaux sociaux,
  • Twitch,
  • Linkedin,
  • Youtube,
  • Insta,
  • Snap
  • Slack

Tous les nouveaux médias mettent en avant la capacité à raconter une histoire ou son histoire. Il faut avoir sa “Story”.

Les Facts, la Data, l’analyse, le Powerpoint ne se suffisent pas à eux-mêmes. 

Ils peuvent même être contre-productifs et ennuyeux s’ils ne sont pas au service d’un message et d’une histoire.

Être un bon storyteller c’est impacter, c’est la première étape vers la réussite, et l’atteinte de ses objectifs.

C’est à la portée de tous, ce n’est pas réservé à ceux ayant un don naturel pour la narration.

La Méthode et la Pratique sont les deux piliers du Storyteller.

Storytelling et  Subconscient

Ce qui nous fait adhérer à un projet, à une idée n’est pas la partie consciente et rationnelle de notre cerveau . On pense que les faits et l’analyse guident nos choix mais ils ne font qu’y contribuer. Les décisions que nous prenons sont en réalité plus fortement  liées à l’activation émotionnelle de notre subconscient.

Face à son interlocuteur ou son auditoire, il faut aller chercher un consentement à son histoire. Avant tout, Il faut se poser la question pourquoi il va vouloir écouter et ce qu’il va en retenir ou en faire(décision).

La structure et les mécanismes du Storytelling

Tout doit se “Pitcher”, donc être concis pour faire passer et mémoriser un message.

Plus facile pour les uns que pour les autres, il y a définitivement des facilités culturelles. Plus facile pour un américain ou pour un latin …?

Mais des techniques sont accessibles, il faut dans un premier temps comprendre, la méthode, les ressorts du Storytelling:

Tout d’abord, un bon storytelling se déroule toujours en trois actes.

  1. Premier Acte,  le début, où l’on fait connaissance avec le personnage principal et son environnement (temps/lieu)
  2. Second Acte, le moment où le héros rencontre des barrages routiers et des défis.
  3. L’acte III est la fin, il suscite le message, c’est le lieu de la transformation ou du changement.

Créer un Momentum dans les premières secondes

Vous avez quelques secondes et quelques minutes pour embarquer votre auditoire. Le regard, le silence, le ton ..préparez votre entrée. Il faut une accroche, le Hook. C’est au maximum 1 phrase qui va créer le contexte.

le Storytelling  sur la Forme

Il faut respecter la syntaxe du storytelling

Lorsque vous racontez, arrêtez le  et,.. ,et…, et… aussi appelé syndrome  AAA  And…and… and…

Le pouvoir de la narration active le cerveau, en remplaçant le  AAA  par le ABT (And , But, Therefore – et/mais/alors) 

A, B, T  c’est faire intervenir un  Accord, une Contradiction et un Effet.

 

Les Etapes

Pour écrire une bonne  histoire, commencer par la fin

C’est la conclusion de l’histoire. Ne pas énoncer de morale, c’est à l’auditeur d’en tirer une émotion et un message, pour se l’approprier.

Ensuite mettre en place le Spine

C’est la colonne vertébrale de l’histoire. Il est important de ne pas dessiner un trajet linéaire, il est préférable de prévoir rebondissements, déceptions, espoirs, contournements. Il faut  insérer un élément de surprise. On peut également développer un dialogue qui est plus percutant qu’un monologue.

  1. Les éléments de Perturbation : Il s’agit d’évènements extérieurs que l’on ne peut pas contrôler, le destin s’en mêle.
  2. les Twists : Des retournements de situation, ou une attirance vers le côté sombre de la force -:)
  3. la Mystery Box : what is inside !what comes next ? C’est le mystère ou la question qui va tenir en haleine jusqu’au dénouement.
  4. le Cliffhanger : c’est le moment de suspense ultime, la corde qui vous retient sur le bord du précipice va-t-elle lâcher ?

 

Les ingrédients indispensables 

Le Why, le Why, le Why…

storytelling journey

Qui est le héros (personnage principal, vous-même) ?

Quelle quête mène-t-il ?

Dans quel but ?

Qui sont ses amis et sponsors (personnages alliés, événements positifs ou objets qui l’aident dans sa quête)?

Qui sont ses adversaires et obstacles (ennemis, événements ou objets négatifs qui entravent sa quête)

 

 

 

Collectez vos Histoires et Expériences

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les meilleurs Storytellers n’improvisent pas la narration sur le moment. Il s’agit souvent d’un long travail.  Ils se construisent un répertoire de Storys. Il peut s’agir d’histoires personnelles ou d’évènements qui ont fait écho en eux et qu’ils s’approprient. Chaque Story est alors mise en scène et rattachée à un message. Elle est destinée à susciter une gamme d’émotions particulières.

Le Storytelling c’est comme faire de la musique, il faut beaucoup pratiquer pour jouer correctement.

Les Professionnels du Storytelling

Michael Aguilar

En France, l’un des maîtres du Storytelling est Michael Aguilar. Il donne des conférences réunissant des milliers d’auditeurs lors de conventions d’entreprises. L’un des plus connus est « vendeur d’élite ». Il s’inspire des grands storytellers et « motivational-speakers » américains comme Brian Tracy, Les Brown, ou Zig Ziglar.

Dans cet extrait de 1 min 5 il lance notre ascenseur émotionnel. Surtout, il  fait passer une message sur la concurrence qui va s’imprimer pour longtemps dans notre mémoire.

 

Le storytelling et la biologie

Être un bon storyteller c’est stimuler les hormones de son auditoire.

Dopamine, Endorphine, Ocytocine, Vasopressin, Sérotonine sont autant d’hormones qui faut savoir activer lors d’un storytelling.

David. J. Philipps est un anglo-suédois et l’un des meilleurs formateurs mondiaux à la science magique du Storytelling. Ses Ted Talks comptent des millions de vues. Dans ce court extrait de 3minutes30 il nous raconte une histoire qui va activer notre Dopamine.

 

Le Storytelling  est une compétence essentielle pour  se connecter avec d’autres personnes et les amener à agir. C’est un levier de  communication persuasif qui peut vous aider, vos équipes et toute votre organisation à faire bouger les choses.

Vous souhaitez que je vous guide sur des ressources pour booster votre storytelling, n’hésitez pas à me contacter.

Emmanuel Facovi – Cofondateur & Managing Partner

Ipanovia et ses experts dans chacun de ces pays vous conseille pour votre développement International

N’hésitez pas, découvrez nos solutions et contactez nous  

Emmanuel Facovi - Managing PartnerDirigeant multiculturel expérimenté et passionné par les nouvelles technologies, l’innovation, les modèles disruptifs et avant tout par l’International. C’est un Expert du Digital, Data, Stratégies Marketing et solutions Saas/Tech.  Il est spécialisé dans la transformation, le développement international et la direction d’entreprises technologiques à forte croissance. Contributeur actif de la décennie d’or de Nokia qui a porté l’entreprise à €50 milliards de CA au début des années 2000. Il a engagé de grandes transformations de l’entreprise et sa conquête des marchés internationaux.
Plus récemment il a développé et supervisé les opérations d’un groupe du numérique et de la Data sur plus de 70 pays, et lancé des start-up à l’international pour atteindre un périmètre de €100Mde CA. Depuis la création initiale de filiales, la fusion ou l’acquisition de nouvelles entreprises, jusqu’à la croissance rapide des entités locales au Japon, aux États-Unis et en Europe, il a occupé des postes de direction opérationnelle et de management d’équipes dans 12 pays en Europe, Amérique du Nord et Japon dans de grands groupes industriels, sociétés de services et éditeurs de logiciels.

 

Notre réseau de partenaires est présent localement dans plus de 20 pays.